Le point commun des membres d’Inspirations Hip-Hop est d’avoir pris racine dans les arts du Hip-Hop, ici, dans le milieu urbain nord parisien.
Le C.I.H.H réunit actuellement : Aktuel Force, Arts 93 Communique / Compagnie Elolongué, le Café Culturel,DJ Eanov School, Marko 93, R-Style, Toochatoo, Appui
Il est connecté à des artistes proches de sa démarche : Ursa Major, Collectif Ça peut chémar : Grand Corps Malade et Minos,Rachid Santaki, Swen 93 MC …

Qui sommes-nous?
Des professionnels… du Graffiti et ses développements photographiques et lumineux, du DJ-ing et de la création musicale assistée par ordinateur, des Danses Hip-Hop, du Rap, du Beat Boxing, du Slam et de toutes les disciplines lyriques urbaines passées, présentes et à venir, de la vidéo au cinéma ancré dans les cultures urbaines, de la mise en scène de mélanges détonants et inédits de ces champs artistiques au sein de Cabarets urbains dédiés à la rencontre des esthétiques, des amateurs et professionnels…
La banlieue nord et le 19ème arrondissement de Paris, racines du Hip-Hop en France
Le point commun des membres d’Inspirations Hip-Hop est d’avoir pris racine dans les arts du Hip-Hop, ici, dans ce milieu urbain… sur cette terre de création.
Notre territoire urbain (au Nord de Paris) a porté la naissance des arts Hip-Hop en France.
Nous continuons à revendiquer sa force créative et son ouverture à d’autres esthétiques.
Que le Hip-Hop soit intégré à un ensemble plus diffus appelé les cultures urbaines, peu importe…
Nous le vivons et participons au ressourcement permanent de ses pratiques artistiques.
Plus encore, notre métier, et pour certains notre mode de vie, est dédié d’une façon ou d’une autre au développement des cultures urbaines sur Plaine Commune, en Seine-Saint-Denis, à Paris et bien au-delà.

Pourquoi un collectif ?
Parce que l’absence d’un groupement structuré d’artistes issus du Hip-Hop est dommageable au rayonnement de ces disciplines artistiques populaires, trentenaires.
Parce que le face à face d’une minorité avec les institutions culturelles, renforce le chacun pour soi et une approche « timide » et « partielle » de nos arts par la culture institutionnelle.
Parce que nos arts et nos métiers ont toute leur place dans le projet de la Communauté d’Agglomération Plaine Commune et de l’État dans le cadre du Grand Paris : le Territoire de Culture et de Création.